La prostitution

”La petite rue obscure, flanquée des deux côtés d’hôtels aux petits vestibules voilés abritant un laborieux trafic. Deux hommes passent, apparemment intéressés et qui dévisagent les filles, qui les soupèsent, qui les déshabillent du regard”.*

Continue Reading →

Le lieu de tous les fantasmes

Ce qui fait unanimité c’est le lieu, propre à tous les fantasmes et toutes les inquiétudes. Continue Reading →

Le Montmartrisme d’Henri Miller

Plus loin encore, c’est le plus Montmartrois des Américains qu’il faut interroger: Henri Miller. ”Miller renifle la rue, les rues de Montmartre”, relate Anaïs Nin. ”Il court le nez à terre, plus attiré par les ordures que par le reste, un piéton de Paris déchaîné, survolté”.

Continue Reading →

L’obsession Céline

Pour Céline c’est une obsession, pour Miller c’est la fin d’une époque libre et heureuse. ”Encore un jour à vivre avant la débâcle. Un autre jour!… Là-haut sur la haute butte de Montmartre, les grands chevaux de pierre rongent silencieusement leur frein.”*  Continue Reading →

Les Corses

Carco est à peu près le seul à signaler la présence de quelques Corses, d’autant mieux observés que Carco était Corse lui-même, probablement introduit dans le milieu des souteneurs.  Continue Reading →

henry__june_1990

Autant de lieux, autant de criminalités

La criminalité du centre de Paris tournait autour des boulevards et surtout du faubourg Montmartre. Continue Reading →

Le miracle Jean Genet

”Sur le terre-plein désert, ces bandes de jeunes ouvriers dont toute l’adolescence en désordre est dans les lacets mal noués qui sautillent sur leurs cous-de-pied, revenant du plaisir (ils) rentrent à leurs logis en marches forcées. Leurs vestons très cintrés, posés comme une sorte de cuirasse ou carapace fragile, protègent la naïveté de leurs corps; par la grâce de leur virilité encore aussi légère qu’un espoir, ils sont inviolables par Divine”Continue Reading →

Le bagne, le second lieu social

Mieux encore que les faits divers de Montmartre, les récits du bagne mettent en lumière la composition du milieu de Pigalle: ”Il n’y a pas de pègre à Montmartre, la victime, appartenait au même milieu.”* Continue Reading →

Chevalier - Avec le sourire - Maurice Tourneur - 1936

La crise et la libération des femmes

Le chômage, la misère apparaissent avec la crise en France, en retard de deux ou trois ans sur celle des États-Unis* À l’occasion des grands scandales financiers des dernières années de prospérité, il est presque toujours question de Montmartre. Continue Reading →

La troisième fête

”Dès avant la guerre, on pouvait discerner un grave détraquement des mœurs, assister à une sorte de glissade en musique vers la coucherie pour le plaisir de ”couchotter”… Frères et sœurs qui dansent ensemble – la légèreté des robes permet tous les contacts – donnent l’impression de pratiquer l’inceste coram populo…”Cultivées dans les bouges des ports, ces danses étaient, pour matelots en bordée, une préparation violente à l’acte physiologique inutile. Il faut déplorer ces danses de rut à une époque où l’abcès vénérien est, en France, le plus grand mal physique.”* Continue Reading →

La fête est finie

La fête est finie. La fuite de ses principaux acteurs déclenche ou accentue la nostalgie du passé, une certaine tristesse dans la description de la fête. Cette société raffinée du plaisir ressemble à celle d’avant la première guerre qui, elle-même ressemblait à celle du Montmartre des débuts. Elle en est une survivance et vient retrouver de vieux souvenirs. Continue Reading →

Une criminalité de plaisir

Pourtant, certaines histoires sordides semblent d’un autre temps, avec des misérables peu différents de ceux de Victor Hugoou d’horribles mégères proches de celles d’Eugène Sue. Mais la criminalité de Montmartre était avant tout une criminalité de plaisir à laquelle la misère des temps ne change rien: exploitation du plaisir des autres et assouvissement de son propre plaisir. Continue Reading →

Le cirque Médrano

Le seul spectacle qui mérite leur déplacement est celui du cirque Médrano pour les clowns et les acrobates, numéros qui font partie du snobisme du Tout-Paris et pour des raisons diverses. Continue Reading →

Le bal, premier lieu social

Le bal est le décor où le milieu gère son activité la plus rentable: la prostitution. Et c’est essentiellement dans les bals que les agents du préfet Chiappe et ses successeurs opéreront leurs rondes. Deux établissements, à l’autre bout de Montmartre, acquièrent vite une plus grande notoriété que les autres: le bal de la Boule-Noire et le bal du Petit Jardin, théâtres de nombreuses violences, d’arrestations retentissantes. Continue Reading →

Le Milieu

Le renouvellement et l’accroissement de la pègre montmartroise résultent aussi de l’afflux de population provinciale dans l’après-guerre qui n’appartient pas au monde criminel, mais qui, souvent, finira par y tomber. À ces premiers effectifs s’ajoutent bientôt deux autres catégories de jeunes: les enfants de divorcés de l’après-guerre et les enfants de l’Assistance publique*. Continue Reading →

Les mondanité est les loisirs populaires

Le beau monde qui a toujours joué un rôle dans Montmartre se fait plus rare. ”Il est un point de la vie de Paris qui la différencie de toute autre ville d’Europe et complètement de toute grande cité américaine, c’est que tout y est concentré dans un milieu, un milieu unique… Il semble qu’à Paris, chaque état de la société, chaque classe, chaque chapelle d’esprit ait délégué quelques membres à une sorte d’États généraux; une chambre du plaisir et du savoir. Continue Reading →

exotisme®montmartre-01

Dans la première partie du vingtième siècle

Le plaisir sur le boulevard, c’est un produit à vendre. L’après-guerre démarre en fanfare. Sans connaître exactement l’auteur de cette expression, cette période sera baptisée: les années folles*. L’épithète convient parfaitement à la frénésie qui s’empare de Montmartre. Continue Reading →

Les malfaiteurs étrangers

Les malfaiteurs étrangers occupaient la première place dans la criminalité. ”Pour la plupart des Orientaux, des Levantins ou des neutres, munis d’ailleurs de permis de séjours réguliers”*. Continue Reading →

De la pègre au milieu

La délinquance se définit par rapport aux normes sociales en vigueur dans une société et une culture données. Le terme ”pègre”, utilisé dès le milieu du XIXème siècle, est un mot que l’on crachait, comme une insulte. Les journalistes attentifs aux bas-fonds parisiens parlèrent de ”milieu”. Continue Reading →

Le réalisme poétique

Point de départ d’une nouvelle étape de ce récit. En ce début du XXème siècle apparaît ”le romancier montmartrois”: Roland Dorgelès. Il s’installe à Montmartre et mène une joyeuse vie avec ses amis Carco et Mac Orlan. Ensemble, ils donnent une autre image de Montmartre. Continue Reading →

Les cambrioleurs mondains

Le cambrioleur mondain intervient dans les faits divers de ce site privilégié de la fête. Une dizaine d’années avant l’Arsène Lupin de Maurice Leblanc, on assiste à l’apparition des cambrioleurs mondains dont le soudain développement est en relation avec les splendeurs de Blanche et de Pigalle.  Continue Reading →

La seconde fête

Avec la déclaration de guerre, en quelques heures, la fête est finie, une autre commence.* Continue Reading →

La criminalité et la Grande Guerre

Plus que les ”femmes”, la pègre du quartier, durement éprouvée par la mobilisation de la Grande Guerre, reconstitue ses effectifs. Les anciens, pour la plupart toujours au front, viennent en permission. ”Quatre civils étaient attablés avec des militaires. On parla des ennuis du métier, des avantages qu’ils auraient à déserter.”* Continue Reading →

La première fête

Grâce à l’installation de l’Hippodrome, désormais, du square d’Anvers à la place de Clichy, le décor de la fête n’est qu’un parcours de lumière et de bruit: des théâtres pour tous les goûts, pour rire, pleurer ou frémir de peur, des programmes qui changent régulièrement, des cafés-concerts et des music-halls, des bals, des cabarets littéraires, le cirque Médrano, et à partir de 1907, des cinémas. Continue Reading →

L’homme aisé, la belle fille et le bandit

Pourtant, on se demande où étaient passés les malfaiteurs français, leur activité était moins grande, à Montmartre, que celle des nouveaux venus.
Continue Reading →

marqueur®montmartre-01

L’édifice conjure une nouvelle invasion prussienne

Le Sacré-Cœur, symbole géographique, fonctionne sur le même registre que les monuments mégalithiques*, comme eux, il a pour origine, la religion, le mythe, le pouvoir, la guerre**. Continue Reading →

Un objet harmonieux, brutal, sans concession

Cette église est le bâtiment le moins éclairé à l’intérieur des monuments parisiens. Il n’y a aucun arrière-plan préparé, mais des murs aveugles qui vous cernent de toutes parts, la disproportion des hauteurs donne le sentiment d’un espace exigu, sans ampleur et sans charme.

Continue Reading →

Le chant de Montmartre

”Montmartre se montrait à leur imagination, gorgé d’éloquences, de désirs, d’épouvantes et de toutes ces fureurs que notre éducation romantique et politique nous dispose à concevoir comme généreuses et fécondes; gorgé, jamais saturé, et prêt encore à recevoir quelque ivresse nouvelle. Ces maisons basses, ces ombres qui passent auprès d’eux dans la nuit, ces marchands de vin éclatants, toute cette vie installée sur cette terre glaise, à moindre impulsion, ne va-t-elle pas glisser sur la ville?” Continue Reading →

jessu_caille®montmartre-01

L’élégance de l’assassin

Autre classique du genre, l’assassinat, dont les coupables sont des personnages élégants: chapeau melon, pardessus, souliers vernis, fine moustache, un doux parler, de bonnes manières, de la gentillesse, du charme. Continue Reading →

En 1905

Pour suivre la loi de séparation de l’Eglise et l’État, le préfet de la Seine prononce la mise sous séquestre puisque ces biens n’ont pas été affectés à une association cultuelle. Continue Reading →

Trente ans d’opposition

Pendant trente ans, ceux qui se considéraient comme des pèlerins et des adorateurs ont prié dans une église en construction et les touristes ont été à même de percevoir la concrétisation de leur active prière. Continue Reading →

L’anarchisme terreau de l’esprit de Montmartre

La définition usuelle de l’anarchisme, rencontrée dans les dictionnaires, est souvent centrée sur la suppression de l’État, sa substitution par une société future.* Continue Reading →

Dans le paysage nocturne de Montmartre, les militaires, surtout les matelots et les légionnaires, ont toujours occupé une grande place avec le danger qu’ils créent, inséparable de leur plaisir. Continue Reading →

décor_crime®montmartre-01

La mise en place

Les faits divers de Montmartre confirment l’importance de la violence, mais doivent être replacés dans le cadre du Paris criminel de la fin du XIXème siècle et du début du XXème et comparés à ses principaux décors, le centre et les beaux quartiers, la périphérie et les barrières.

En 1902

À partir de 1902, lorsque les radicaux arrivent au pouvoir, l’isolement de l’église aboutira à un renversement total de tendance. Montmartre devient la cible des attaques antireligieuses. Continue Reading →

paris_zola®montmartre

Vers 1900

Le peintre Steinlen se positionne comme le tenant d’une tradition qui associe le Sacré-Cœur et la Commune, au profit bien sûr de cette dernière: en 1897, son affiche sert d’annonce à la publication du livre de Zola: ”Paris”, et représente au premier plan, comme sortant d’une mer en furie, une foule qui se tourne vers une femme aux seins nus émergeant des nuages. Au centre se dresse le Sacré- Cœur.  Continue Reading →

1890, 91, 92

Pendant quelques années, on ne relève plus de signes de contestation, hors la lettre d’un journaliste à Monseigneur Richard en 1890*, où le Sacré-Cœur est accusé d’avoir prêté de l’argent au général Boulanger.

Continue Reading →

sang®montmartre-01

La couleur de Montmartre

”Il y a les martyrs, jeunes, beaux et souvent blonds, avec autour d’eux le rayonnement de la nature, les fleurs, l’encens, comme dans une image sainte, comme dans une assomption.”* Continue Reading →

En 1884

Une pétition du groupe des athées, de l’Alliance socialiste républicaine du Dix-huitième arrondissement et la libre-pensée, demande au conseil municipal de Paris de donner à la rue de la Fontenelle le nom de: De la Barre.* Continue Reading →

naturalisme®montmartre-01

À la fin du dix-neuvième siècle

Montmartre joue le rôle anciennement dévolu au Palais Royal et les boulevards* ne s’en portent pas plus mal, grâce ou malgré les prostituées innombrables et affairées, aux environs de la porte Saint-Denis. Et les lorettes** qui habitent déjà Montmartre, descendent de la butte en avant-garde, en voltigeuses, pour prêter main-forte. Continue Reading →

La clôture

Le champ était un terrain de manœuvre pour les rôdeurs et les attaques de passants fréquentes en toutes saisons. Les gens du coin l’appelaient ”le champ” ou la ”clôture”. Continue Reading →

anarchie®montmartre-01

La seconde couleur de Montmartre

C’est de Montmartre et surtout du versant Est de la Butte qu’il est question, lors des attentats qui marquent le temps de la Terreur noire.*  Continue Reading →

baudouin®montmartre-01

La “frontière“ entre crime et plaisir

Malgré l’avènement du Montmartre du plaisir à proximité des quartiers et malgré son influence que l’on devine, ces trahisons conjugales et ces histoires de jeunes filles qui tournent mal, ces ménages, que les faits divers mettent en lumière, ne diffèrent guère de ceux que décrivait Zola*. Continue Reading →

André_Brûlé_par_Charles_Gir

EN 1882

La Chambre est saisie d’un projet de loi qui tente d’arrêter les travaux de construction de l’église de Montmartre. Continue Reading →

En 1880

Le comité du Vœu National délibère sur le vœu du conseil municipal de Paris et s’intéresse au projet de loi de Georges Clémenceau. Continue Reading →

En 1879 et 1880

La plus ancienne contestation publique est celle du député Eugène Spuller, le 7 juin 1879. Dans une séance sur la réforme de l’enseignement supérieur, ”il qualifie cette pratique d’adorer le Christ, de répugnante”: premier accrochage. Continue Reading →

La postérité de la Commune

Premier pouvoir révolutionnaire prolétarien, la Commune de Paris, désavouée à l’époque par la bourgeoisie, même la plus libérale, a été revendiquée depuis par la gauche et l’extrême gauche. Continue Reading →

La réalité de la Chapelle

La réalité, c’était ces crimes, ces victimes, ces coupables que Mac Orlan et ses amis percevaient à peine et transformaient en image poétique. Mais la réalité n’est guère poétique dans le Montmartre de cette époque. Continue Reading →

Toulouse-Lautrec

Dès le début, Lautrec, comme tout le monde, fréquente le Chat Noir, découvre la rivalité de Grille d’Egout et de la Goulue*. Continue Reading →

La réalité dangereuse de la zone

Plus profondément encore dans la nuit, aux marges extrêmes de La Chapelle et de La Villette, et non moins essentiels à ses plaisirs, les espaces désolés de ce qu’on appelait la zone. Continue Reading →

En 1876

Les références aux événements du 18mars 1871* se multiplient et bien plus encore, dans la décision d’ouvrir le chantier le 26mai 1876, date qui coïncide avec le cinquième anniversaire de l’exécution des otages de la Commune. Continue Reading →

sc_abadie_3®montmartre-01

En 1874: Le triomphe de l’école historique

L’année 1874 est celle du concours de Montmartre et aussi celle de la reconstruction de l’Hôtel de Ville de Paris (les mêmes architectes répondront aux deux consultations). Continue Reading →

Le théâtre des plaisirs

Les boulevards continuent d’être le principal théâtre des plaisirs parisiens dans les débuts de la Troisième République, comme ils l’étaient précédemment.

Continue Reading →

Le vote de l’Assemblée en 1873

Le 11 juillet 1873, Émile Keller dépose à l’Assemblée nationale, à majorité conservatrice, un projet de loi tendant à déclarer d’utilité publique la construction d’une église à Paris*. Continue Reading →

L’étrange beauté de la difformité

Les chroniques du boulevard jointes aux descriptions des romanciers permettent d’apprécier l’évolution du plaisir dans les lendemains immédiats de l’Empire: à l’odeur terrible des classes populaires succèdent les parfums trop forts des grandes cocottes bruyantes et scandaleuses: les ”Nana” de la Goutte d’Or se métamorphosent en dames pseudo-authentiques qui cachent, derrière leurs éventails, leurs rougeurs de blanchisseuses. Continue Reading →

En 1872

Les procès des communards et l’interdiction de l’Internationale mettent à vif les sentiments des partisans de la Commune. Continue Reading →

Le choix du lieu

Monseigneur Guibert choisit le sommet de la butte pour trois motifs : l’histoire, une motivation sociale et une faible occupation des terrains. Continue Reading →

Les possibilités parisiennes du lieu

Dans les six premiers mois de 1872, Monseigneur Guibert consulte en secret et demande à Legentil et Fleury de procéder à divers repérages. Continue Reading →

initiative®montmartre-01

Le point de départ de l’affrontement

Alexandre Félix Legentil veut que l’église dédiée au Cœur de Jésus par les Parisiens se construise dans Paris. Pour lui, la capitale est le cadre d’actes contraires à la volonté de Dieu et doit être le lieu de la demande du pardon. Le choix de l’emplacement dans Paris reste du ressort de l’archevêque. Pour l’archevêque de Paris, Monseigneur Guibert, la seule voie possible est la déclaration par l’Assemblée Nationale d’une construction d’utilité publique qui permettrait des expropriations.