En 1884

Posted on 14 décembre 2012

Une pétition du groupe des athées, de l’Alliance socialiste républicaine du Dix-huitième arrondissement et la libre-pensée, demande au conseil municipal de Paris de donner à la rue de la Fontenelle le nom de: De la Barre.*La pétition ne dit rien du Sacré-Cœur même, mais sous-entend qu’il appartient au domaine de la superstition, de l’ignorance et de l’erreur. Les positions ne peuvent être plus tranchées, d’un côté la diabolisation, de l’autre sa radicalisation. Le Conseil de Paris donne satisfaction aux pétitionnaires le 10novembre, acceptation manifeste de leur opposition au Sacré-Cœur.** Georges Clémenceau ne se contente pas de ce genre de mesure, il ne peut accepter de voir s’élever dans le ciel de Paris le Sacré-Cœur, pour lui les représentants de Paris doivent réclamer sa disparition.

*”Désirant qu’il soit donné un nouvel éclat au décret rendu par la Convention nationale le 25 brumaire anXI, qui déclare que la mémoire de La Barre (Jean-François Lefebvre), victime de la superstition et de l’ignorance, est réhabilitée […] Expriment le désir de voir donner à la partie de la rue de la Fontenelle, où est située l’entrée dudit Sacré-Cœur, le nom de: De la Barre.” Conseil Municipal, Adoption, 1885. **”les promoteurs de cette entreprise ont encore aggravé l’outrage en la dénommant Œuvre du Vœu national. Attendu que la Nation, qui s’est vouée d’elle-même à la civilisation républicaine, ne veut pas plus longtemps paraître complice de ceux qui ont eu l’impudence de la vouer au culte barbare et dégradant du prétendu Sacré-Cœur. ” Groupe des Athées, de la Libre-pensée et l’Alliance Socialiste républicaine de Dix-huitième arrondissement. Pétition pour qu’on donne à la rue de la Fontenelle le nom de De la Barre, Pétition, 1885, Conseil municipal de Paris.

Related Articles:

buchblock_Page_001Montmartre, contribution à une géographie de l’imaginaire de lieux ritualisésle livre de Frédéric Rossi-Liegibel, n’est pas un travail d’historien, d’ethnologue, de sociologue ou de géographe mais un éclairage sur les relations humaines spécifiques au lieu, sur les rites sociaux initiés par les pratiques de chacun qui perdurent encore aujourd’hui. Ce livre est disponible ici.