plan1900®montmartre-01

La dénomination des rues, reflet des tensions politiques

Posted on 1 septembre 2012

La croissance spectaculaire de Paris, en 1860, s’accélère après 1870. Elle coïncide avec l’adoption définitive du système honorifique national. Structure dans laquelle se dégage une opposition très nette entre deux ensembles: d’une part les héros indiscutés du passé lointain et, d’autre part, les héros contestés ou détestés.

Cette conjoncture urbaine épouse celle des mentalités, l’une consolidant le travail en profondeur de l’autre.

Le panthéon de la Troisième République s’inscrit dans la durée et progressivement, tous les hommes politiques incontestés sont attestés dans des espaces intégrés de l’arrondissement. Au début de notre siècle, les plaques déposées à l’angle de nos rues, ont pour objectif déclaré d’être une sorte de dictionnaire biographique de la Nation. Montmartre offre un terrain privilégié pour définir l’attitude gouvernementale dans le domaine dénominatif. Pour déterminer l’apport précis de la mémoire officielle, l’histoire du lieu est à rapprocher du système honorifique national. Plusieurs constatations: les appellations médiévales dominent surtout dans le centre des quartiers, lieu de sa (ses) fondation(s), mais il faudra attendre l’érection du Sacré-Coeur pour que se mette en place un système de reconnaissance du passé religieux de Montmartre; une subsistance du passé communal, les quartiers : les Grandes Carrières, Clignancourt, la Goutte d’Or et La Chapelle; une disparition quasi totale des appellations religieuses (hors celles se référant à un passé religieux et résistant) ; une tension autour du libertaire (d’Adolphe Willette à Louise Michel) ; les axes principaux longtemps caractérisés par leur neutralité dénominative deviennent des boulevards (Barbés, Rochechouart). Ce n’est pas leur présence qui compte, mais leur visibilité dans la texture parisienne, une visibilité où se mêlent histoire des lieux et des personnalités de ces lieux; les noms historiques sont très présents, mais ont tendance à être remplacés par des noms de gloires locales, les honneurs dénominatifs ne sont pas destinés aux ”seules” gloires de la Nation.

1/ Le Sacré-Cœur 2/Le carrefour Damrémont – Marcadet 3/La place Jules Joffrin 4/Le carrefour Barbés – Rochechouart 5/La Place Pigalle 6/La rue Caulaincourt

Related Articles:

buchblock_Page_001Montmartre, contribution à une géographie de l’imaginaire de lieux ritualisésle livre de Frédéric Rossi-Liegibel, n’est pas un travail d’historien, d’ethnologue, de sociologue ou de géographe mais un éclairage sur les relations humaines spécifiques au lieu, sur les rites sociaux initiés par les pratiques de chacun qui perdurent encore aujourd’hui. Ce livre est disponible ici.

Be the first to leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>