de_la_barre®montmartre-01

Une identité faite d’image

Posted on 3 août 2012

Chacun de nous, en fonction de son éducation, de sa culture, de son milieu social, porte en lui, qu’il soit Montmartrois, Parisien, provincial ou étranger, une vision parcellaire, contradictoire rarement globale de Montmartre. Ce lieu où les plus hautes aspirations des hommes, mais aussi leurs instincts les plus archaïques se sont cristallisés. Ici, le sexe s’est associé au plaisir, la Commune a mêlé le libertaire au sang et l’anarchie a côtoyé le sacré. Dans certaines rues, pas de maisons qui n’aient abrité des célébrités. Ce Montmartre ”d’en bas”, celui des abords des boulevards Rochechouart, de Clichy et des places Blanche et Pigalle est coupé du ”Montmartre d’en haut” par la fusion des anciens chemins de ronde intérieurs et des anciens boulevards extérieurs. D’un côté, la ”vieille bourgeoisie montmartroise”, de l’autre les Montmartrois (le peuple et les voyous).

Mais, Montmartre ne fait que traduire l’évolution matérielle et démographique de Paris, celle des pierres et celle des gens, comme le délaissement du boulevard du plaisir (le boulevard de Rochechouart) ou l’acceptation de la blancheur du Sacré-Cœur.

Related Articles:

buchblock_Page_001Montmartre, contribution à une géographie de l’imaginaire de lieux ritualisésle livre de Frédéric Rossi-Liegibel, n’est pas un travail d’historien, d’ethnologue, de sociologue ou de géographe mais un éclairage sur les relations humaines spécifiques au lieu, sur les rites sociaux initiés par les pratiques de chacun qui perdurent encore aujourd’hui. Ce livre est disponible ici.

Be the first to leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>