L’homme aisé, la belle fille et le bandit

Posted on 19 janvier 2013

Pourtant, on se demande où étaient passés les malfaiteurs français, leur activité était moins grande, à Montmartre, que celle des nouveaux venus.
Histoire classique, vieille comme Paris, mais à partir des débuts du Moulin-Rouge, un grand nombre de cas permettent d’observer ce genre de criminalité: les relations évidentes, qui existent entre ces cambriolages et cet emplacement du plaisir; la présence de l’homme aisé, de la belle fille et du bandit que les hasards du plaisir rassemblent à proximité de la place Blanche et du Moulin-Rouge; par le moment choisi: le mois d’août pendant lequel les propriétaires sont en villégiature à la mer ou à l’époque où ont lieu les grandes réceptions. Il arrive que des anarchistes soient mêlés à ce genre d’affaires, mais, c’est plutôt du côté du boulevard Rochechouart qu’on les retrouve.

Les histoires du boulevard Rochechouart, violentes et sanglantes, se passent sur le terre-plein, sur un banc, dans la boue, dans des chambres de misère, dans l’ombre. Celles de la place Blanche, de la place Pigalle et de cette région que l’avènement du Moulin-Rouge a transfigurée, sont des histoires de gens du monde, hommes et femmes, des histoires d’argent qui se réglent sur place ou à proximité, dans la lumière. Rarement, les deux logiques d’ombre et de lumière se croisent. Les affaires qui éclatent à Montmartre et dont la plupart ont trait à la prostitution sont toujours plus ou moins des affaires d’amour. La criminalité du plaisir y est pour l’essentiel une criminalité d’amour*, soutenu par des assassins élégants…

*”Le 17 février 1912 les jurés de la Seine doivent décider du sort d’un jeune Montmartrois de 17 ans qui désespéré de se voir abandonné par sa maîtresse une fille de seize ans l’a blessée de deux coups de revolver. La croyant morte il a tenté de se suicider. La fillette rétablie vient déclarer à la barre qu’elle épousera volontiers son ami quand il aura l’âge. Les jurés, pris de pitié, votent l’acquittement.” Le matin, année 1912.

Related Articles:

buchblock_Page_001Montmartre, contribution à une géographie de l’imaginaire de lieux ritualisésle livre de Frédéric Rossi-Liegibel, n’est pas un travail d’historien, d’ethnologue, de sociologue ou de géographe mais un éclairage sur les relations humaines spécifiques au lieu, sur les rites sociaux initiés par les pratiques de chacun qui perdurent encore aujourd’hui. Ce livre est disponible ici.

Be the first to leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>