Le rôle des poètes

Posted on 2 octobre 2012

Les rencontres se produisent en un lieu privilégié qui change avec les époques, mais qui présente toujours les mêmes caractères et presque la même durée.

Au temps de Balzac, ce lieu est le boulevard, d’autres l’ont précédé: le Pont-Neuf, le Palais Royal… Dans ces lieux successifs, l’histoire se répète. Un même début, dans des conditions à peu près semblables pour de mêmes causes, parmi lesquelles les événements d’ordre littéraire, le succès d’un spectacle, la gloire d’un artiste, jouent un rôle.

”La bohème qu’il faudrait appeler la doctrine du boulevard des Italiens […] qui se compose de jeunes gens de tous âges de plus de vingt ans mais qui n’en ont pas trente […] Esprit, talent, ambition, soif de plaisir et jusqu’à rouler dans les abîmes du vice […] enfin la beauté de la victime jouissait d’une célébrité singulière dans les différents mondes dont se compose Paris, dans le grand monde, dans le monde financier, dans le monde des courtisanes, dans le monde des jeunes gens, dans le monde littéraire.”*

L’enchantement, c’est celui que procure cette jeunesse, dont Balzac précise les groupes qui la compose et les lieux qu’elle fréquente: c’est le monde ”artiste”, c’est à lui de donner le signal, de transformer la fête de barrières en féerie. Ces artistes (Talma, Delacroix, Gavarni, les Goncourt…) jouent le principal rôle dans l’avènement des lieux de plaisir parisiens et dans leur histoire et deviendront les principaux artisans de la gloire de Montmartre. Les choses de l’esprit sont plus attirantes que la nouveauté du quartier, du décor. Le beau monde accourt et, sur ses pas, la foule, tous milieux sociaux confondus, se précipite et principalement les jeunes dont la seule présence métamorphose tout. Que cherchent-ils: le plaisir.

À la présence du plaisir dans la ville, dans ses murs, dans sa nature sociale, dans sa vie et dans sa peau, les écrivains ajoutent un autre attrait, sa description. Trois romans, ”Sapho”, ”l’Assommoir” et ”Nana” s’inspirent du même sujet. Le plaisir se trouve observé dans la Ville et pour la première fois du point de vue de Montmartre. Le plaisir à Paris, est décrit par Zola au travers du personnage de Nana. Ce changement de statut profite à la quasi-totalité de la profession: la prostitution parisienne entière change de visage. Elle quitte le costume de la misère de ”la classe inférieure”.

*Honoré de Balzac, la Fille aux Yeux d’Or, page423, Collection Bouquins, tome, Robert Laffont, Paris, 1976.

Related Articles:

buchblock_Page_001Montmartre, contribution à une géographie de l’imaginaire de lieux ritualisésle livre de Frédéric Rossi-Liegibel, n’est pas un travail d’historien, d’ethnologue, de sociologue ou de géographe mais un éclairage sur les relations humaines spécifiques au lieu, sur les rites sociaux initiés par les pratiques de chacun qui perdurent encore aujourd’hui. Ce livre est disponible ici.

Be the first to leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>