Une volonté d’opposition

Posted on 7 novembre 2012

La Butte est le plus haut point de Paris. À cet endroit, plusieurs Saints sont attestés, mais en 1793, leur crypte est détruite et rasée. Paris honore saint Denis, décapité avec ses compagnons, Rustique et Éleuthère, à Montmartre. Dans les nombreuses épreuves qui assaillent la capitale, sa châsse sera portée en procession dans les rues de Paris – le dernier cortège a lieu en 1940, au début de l’occupation. Ce n’est plus le cas aujourd’hui – il n’y a plus de menace – mais le Sacré-Cœur est devenu un point d’arrivée des pèlerinages, venant de Chartres. Enjeu majeur pour eux, c’est un cortège de diverses obédiences ou mouvances: conciliaires, traditionalistes et intégristes, principalement ceux dont l’accès est refusé à Notre Dame.

Montmartre est d’autant plus un Haut lieu, que le Martyrium est déserté. La colline s’offre, comme un paysage s’offre au lecteur, site élevé, croisée des chemins, s’imposant à sa vue. Alors, plutôt que de rebâtir le Martyrium ou de restaurer Saint-Pierre-de-Montmartre, c’est vers une vraie création syncrétique que les promoteurs du projet vont se diriger, ils créent un effet architectural et paysager de toutes pièces. Le cardinal Guibert, Alexandre Félix Legentil et Hubert Rohault de Fleury proposent, en construisant une église nationale dédiée au Christ, de contribuer à une réforme de la France, hors d’un cadre politique. Persuadés qu’il faut un signe fort pour restaurer l’union d’une Église et d’une République dans une ”Cité ouverte”, pour maintenir des relations privilégiées entre le royaume (la France) et le Siège apostolique – les papes successifs, dont Jean Paul II (en visite plusieurs fois à la Basilique) et Benoît XVI, sont gré à la France d’avoir toujours gardé la pureté de sa foi – ”La France, fille aînée de l’Église, élue de Dieu, destinée à un rôle exemplaire, puisant son salut dans sa vocation, instrument de la catholicité”. Ce n’est pas dans l’antériorité de la conversion de la France ou les relations privilégiées entre le royaume et le Siège apostolique, dans la conviction d’être l’élue de Dieu, qu’il faut puiser pour comprendre l’intention conceptuelle. Il faut se référer au troisième argument, celui sujet à contestation: la révélation qui fait de la nation française l’héritière d’Israël. Dieu l’a destinée à un rôle exemplaire! Cette élection exige la fidélité de la nation élue (Dieu semble se contenter d’une partie de la Nation). Les promoteurs sûrs de leur bon droit et certains de la ”qualité” de leur mission offrent un acte initial de réparation. Pour cela, ils puissent pèle mêle dans tous les péchés de la France du XVème siècle à leur époque. Et plus ils cherchaient et plus les anticléricaux leur donnaient matière à se repentir. La notion d’expiation préside à la consécration de la France au Sacré-Cœur et à l’érection de la basilique de Montmartre: ”Gallia devota et pœnitens”.

Related Articles:

buchblock_Page_001Montmartre, contribution à une géographie de l’imaginaire de lieux ritualisésle livre de Frédéric Rossi-Liegibel, n’est pas un travail d’historien, d’ethnologue, de sociologue ou de géographe mais un éclairage sur les relations humaines spécifiques au lieu, sur les rites sociaux initiés par les pratiques de chacun qui perdurent encore aujourd’hui. Ce livre est disponible ici.

Be the first to leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>