Un objet harmonieux, brutal, sans concession

Posted on 18 janvier 2013

Cette église est le bâtiment le moins éclairé à l’intérieur des monuments parisiens. Il n’y a aucun arrière-plan préparé, mais des murs aveugles qui vous cernent de toutes parts, la disproportion des hauteurs donne le sentiment d’un espace exigu, sans ampleur et sans charme.

Au-delà de la croisée s’installe un chœur profond, dont la longueur égale celle de la croisée. Aucune lumière directe ne pénètre. C’est pourtant là que sont réunis les meubles les plus précieux, des stalles de marqueterie, des ambons de marbre, un ciborium doré et les décors les plus riches: tout est rehaussé de mosaïque. Le temps de l’office, la pénombre du chœur s’anime, donnant tout son sens à la riche barrière qui sépare le chœur liturgique de la nef: là, les deux parties de l’église fusionnent dans une même communion. Le souci d’unité est tel qu’on s’est même interdit le dialogue des matières: l’édifice est sans charpente ni toiture, une même pierre sert à la maçonnerie des murs, des voûtes et des couvertures, comme quelque gigantesque monolithe.

Cet édifice est un bloc, une forme, une matière, une proportion, et devient totalement étranger à son environnement immédiat. Cette conception, si elle est une métaphore de la religion du péché, l’effet est admirablement exprimée à Montmartre et fait toute sa valeur architecturale.

La basilique de Montmartre n’est ni une déclaration politique, ni un monument passéiste mais un moment d’émotion architecturale, un objet brutal, posé là, sans concession, dont la vie est rythmé par la plus grosse cloche du monde: la Savoyarde.

L’art de Paul Abadie n’est pas celui de l’équilibre, mais de l’effet saisissant, qui provoquera des polémiques.

Related Articles:

buchblock_Page_001Montmartre, contribution à une géographie de l’imaginaire de lieux ritualisésle livre de Frédéric Rossi-Liegibel, n’est pas un travail d’historien, d’ethnologue, de sociologue ou de géographe mais un éclairage sur les relations humaines spécifiques au lieu, sur les rites sociaux initiés par les pratiques de chacun qui perdurent encore aujourd’hui. Ce livre est disponible ici.

Be the first to leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>