L’érection du Sacré-Cœur

Scindée par les logiques en présence, la colline de Montmartre devient un terrain d’affrontement, un affrontement qui par moments, atteint une irrationalité qui peut rattacher cette règle à un rite mystique, dans ce cas ”le législatif”. Il pose encore question: comment une loi d’utilité publique a-t-elle réussi à imposer un bâtiment en expiation des péchés de la France? Continue Reading →

Un symbole d’opposition

Ce discours de culpabilité et de repentance connaîtra un regain après la défaite de 1940 et s’exprime toujours au travers des pèlerinages qui aboutissent sur la butte. Les processions, les messes, les confessions, les prières individuelles ou collectives, faits sociaux deviennent des rites sociaux. Ici la ritualisation religieuse consiste à s’opposer à la sécularisation. Continue Reading →

Une volonté d’opposition

La Butte est le plus haut point de Paris. À cet endroit, plusieurs Saints sont attestés, mais en 1793, leur crypte est détruite et rasée. Paris honore saint Denis, décapité avec ses compagnons, Rustique et Éleuthère, à Montmartre. Continue Reading →

L’héritage de la Commune

C’est dans cette solidarité, individuelle et collective que se recueille à Montmartre, l’héritage de la Commune, dans l’orientation vers une société sans classes. Continue Reading →

anarchiste®montmartre-01

Après l’anéantissement de la Commune

La Commune de Paris a apporté au mouvement ouvrier, en même temps qu’une expérience historique concrète, la valeur explosive du mythe du combattant montmartrois.  Continue Reading →

Une construction dédicace au salut de la France

Impossible d’appréhender le Sacré-Cœur, sans comprendre qu’en parallèle de la construction de la basilique se construit une architecture plus complexe basée sur le croire: Le Christ est le point de convergence de ces deux constructions. Continue Reading →

Modernité de la Commune

Mais, il convient d’insister sur deux aspects essentiels qui mettent en évidence la modernité de la Commune: la question des femmes et celle des étrangers. Continue Reading →

La Commune combattante

La Commune gouverne dans le désordre. La prolifération anarchique de comités divers, qui soutenaient la révolution, l’affaiblissait, en particulier en ce qui concerne la défense de la Commune. Continue Reading →

La Commune, gouvernement de Paris

Étrange victoire remportée sans violence (exception faite de l’exécution des deux généraux), sans combat par une foule anonyme. Nulle organisation ne l’a préparée, ni le Comité central de la garde nationale, ni le Comité des vingt arrondissements, ni les comités de vigilance des quartiers, ni l’Internationale. Des hommes issus de ces différents mouvements, poussés par la foule anonyme1, ont pris des initiatives individuelles et non coordonnées.

Le 19 au soir, des hommes inconnus la veille, mais mandatés par le Comité central de la garde nationale, siègent à l’Hôtel de Ville. Deux proclamations sont faites, puis le Comité central appelle le peuple de Paris à de nouvelles élections.

Les “jouissances“ flottantes

Les partenaires, que tout oppose, finissent par se rencontrer au hasard de cette ville immense mais providentielle. Le peuple et le beau monde se livrent, à Montmartre à ces jeux de l’amour et du hasard qui sont un vieux plaisir de la rue parisienne. Continue Reading →

L’insurrection de Montmartre

Après la signature de l’armistice (28, 29janvier1871) et le transfert de l’assemblée à Versailles (10mars), le gouvernement décide de la récupération des canons regroupés à Montmartre et d’occuper militairement Paris (18mars): c’est l’insurrection au cours de laquelle les généraux Lecomte et Thomas sont fusillés. Continue Reading →

Naissance de la Commune

Dans ce Montmartre d’avant la guerre de 1870* c’est le plaisir qui est le dérivatif à tous les ennuis, y compris aux plus graves. Si la menace de guerre apparaît, pas la moindre allusion dans les souvenirs du Montmartre de ces années, dans la description des rues de la Butte. Continue Reading →

La migration du plaisir

Les migrations du plaisir, le long des boulevards extérieurs, soulignent les rapports de curiosité, d’attirance, d’indifférence, de dégoût et parfois de haine qui s’établissent, aux différentes époques et aux différents emplacements, entre les partenaires du plaisir. Continue Reading →

peches®montmartre-01

Après la défaite de Sedan

Les promoteurs du Voeu national ne veulent qu’un ”pouvoir christianisé, expression d’une France encore chrétienne ou en train de le devenir davantage”*, à partir des fautes de la France de 1870, ils se sont mis à la recherche des péchés du passé. Continue Reading →

crimes®montmartre-01

Après la défaite de Sedan

La Commune commence, dans la matinée du 18mars 1871, le général Lecomte est fusillé en compagnie de Clément Thomas. Par cet acte, Montmartre se place au côté d’autres quartiers révolutionnaires et commence d’exister.

La mixité sociale

L’artiste, le bohème, joue le principal rôle dans l’avènement des lieux de plaisir parisiens et dans leur histoire. Il deviendra le principal artisan de la gloire de Montmartre. À l’inverse des hauts lieux du plaisir parisien, situés au cœur de la ville, à la bordure des beaux quartiers, Montmartre sera un mélange, plus flagrant, des classes sociales. Continue Reading →

Une dédicace au Christ pour la France

Le patriotisme des Catholiques du Vœu national a toujours été contesté au nom du patriotisme des non-catholiques. Continue Reading →

tardi®montmartre-01

L’étincelle

La pensée européenne du XIXème siècle est gouvernée par deux aspects complémentaires: le millénarisme révolutionnaire et l’espérance des sociétés bourgeoises dans un avenir illuminé par le progrès des techniques. Tous les courants de pensée, sans converger vers le même but, l’émancipation du monde ouvrier, conviennent que le problème se situe là. Pour les penseurs et les acteurs sociaux, les chemins pour y parvenir divergent. Il suffira d’une action, d’une étincelle pour que le mouvement se mette en marche. Ce sera la défaite de Sedan et la fin de l’Empire. Continue Reading →

Le rôle des poètes

Les rencontres se produisent en un lieu privilégié qui change avec les époques, mais qui présente toujours les mêmes caractères et presque la même durée.

Continue Reading →

L’invention d’un Haut Lieu

Montmartre et sa butte offrent un terrain extraordinaire pour comprendre comment une société ou une de ses parties, en quête de fondements théoriques et macrosociologiques, oriente ses grands choix moraux à la suite d’une crise. Continue Reading →

Une période d’affirmation sociale

Désormais, le monde ouvrier inspirera des poèmes, des études sociales ou économiques et des thèmes d’action à l’aube du syndicalisme. Des écrivains oseront écrire sur la misère du peuple. Continue Reading →

Le plaisir Parisien et Montmartrois

Nous ne sommes plus dans ces rues du Paris médiéval, qu’en leur temps, Sue, Hugo et Balzac reconnaissent autour d’eux. C’est pourtant le Paris du Moyen Âge et le même que nous retrouvons bien vivant, malgré Haussmann. Continue Reading →

basilique®montmartre-01

La logique religieuse à la base même du lieu

La basilique parisienne du Sacré-Cœur de Montmartre a été longtemps l’objet d’un ostracisme culturel et idéologique*: le bâtiment était mal compris et mal situé historiquement par le grand public (dans l’opposition entre passéisme de Montmartre et modernité de la Tour Eiffel). Continue Reading →

esperance®montmartre-01

L’expression libertaire Montmartroise

Montmartre est le point de tension entre une utopie mobilisatrice et une espérance millénariste. Comprendre cela aide à la clarification des problèmes identitaires du lieu et à comprendre la nouvelle civilité qui est apparue dans cette fin de siècle. Les traditions millénaristes voyaient dans l’An mille, le dernier âge, celui qui précède le Jugement. Marx (qui entretiendra une correspondance suivie avec les insurgés de la Commune), voit dans son époque, le prélude à la révolution finale dont il a fixé les étapes, le déroulement et les objectifs. Continue Reading →

attirance®montmartre-01

Le plaisir Montmartrois

”Je serai sérieux comme le plaisir” pourrait être la devise de Montmartre. La conscience de ”seulement jouer” est reléguée à l’arrière-plan, la joie liée au jeu ne se mue pas seulement en tension mais aussi en transport. Ici, extravagance et extase constituent les deux pôles de l’ambiance plaisir. Continue Reading →

La réalité du lieu

À la fois religieux et libertaire, touristique (l’espace d’ailleurs) et résidentiel (l’espace d’ici) Montmartre reste, en dépit des agressions (tourisme, bimbeloterie, ”croûteux” de la place du Tertre, etc.) l’un des derniers villages de Paris, avec Ménilmontant, Belleville et la Butte aux Cailles. L’aspect de Montmartre, sa vieille église (Saint Pierre), la place du Tertre, cœur de la nouvelle commune du Haut Montmartre, bordée d’acacias et de maisons identiques, a peu changé jusqu’au milieu du XIXème siècle. C’était alors un village de campagne, avec ses bois, ses champs, ses vignes, ses maquis, ses fermes, ses masures et ses carrières où l’on exploitait le gypse et le plâtre. Trois événements majeurs ont modifié le paysage.

Le crime à Montmartre, une vision normative

Mon postulat est que le crime constitue un phénomène de société dont la définition même implique, en même temps et de façon indissociable, une part normative d’ordre culturel, politique, économique et social. Continue Reading →

musulmans_rue®montmartre-01

Un conflit d’espace

À l’Ouest – le lieu du conflit – Ici la limite est subtile, délicate, conflictuelle. Elle emprunte, les escaliers, les rues Damrémont, Lamarck, Eugène Carrière, Joseph de Maistre. Elle longe les murs du cimetière de Montmartre et par le pont qui surplombe le cimetière finit à l’angle du boulevard de Clichy. Continue Reading →

la_butte®montmartre-01

Le Sacré-Cœur reflet de la vocation religieuse

La butte, elle-même – Elle irradie les quartiers qui l’entourent tout en gardant une très forte indépendance. Montmartre se construit autour de sa basilique, de son blanc symbolique qui diffuse sa magie de jour comme de nuit. Continue Reading →

socle_fourier®montmartre-01

L’espérance anarchique et sa survivance libertaire

Au Nord de l’arrondissement – Au départ de la rue Ordener, du boulevard Barbès jusqu’à l’angle de la rue Damrémont et le boulevard périphérique (la banlieue), un quartier où l’influence libertaire, met tout en œuvre pour être apparenté à Montmartre sans y parvenir. Continue Reading →

moulin_nuit®montmartre-01

Le Boulevard, son ombre et ses lumières

Au Sud de l’arrondissement – Une limite, au-delà de laquelle, il n’y a plus grand rapport avec le quartier du Sacré-Cœur: les boulevards de Clichy, de Rochechouart, le quartier du Plaisir, la ”Traînée lumineuse” de Miller, réchauffée par les néons du Moulin Rouge, jusqu’au Delta. Passée cette limite, le sentiment est autre. Continue Reading →

folies_pigalls®montmartre-01

Les images du crimes

Un mouvement incessant, dont l’atmosphère en passant par la Goutte d’Or, vient buter contre la tranchée des voies ferrées de la Gare du Nord. Entre le boulevard et cette faille, à la limite très marquée, s’entend le quartier du Crime. Continue Reading →

Les logiques des lieux

Montmartre s’est construit en attribuant aux espaces croisés, différentes structures dénominatives: la logique médiévale subsistant par une forme d’oubli, le changement dénominatif ne s’impose pas comme indispensable dans une séquence politique ou trop chargé symboliquement. Continue Reading →

plan1900®montmartre-01

La dénomination des rues, reflet des tensions politiques

La croissance spectaculaire de Paris, en 1860, s’accélère après 1870. Elle coïncide avec l’adoption définitive du système honorifique national. Structure dans laquelle se dégage une opposition très nette entre deux ensembles: d’une part les héros indiscutés du passé lointain et, d’autre part, les héros contestés ou détestés. Continue Reading →

La Grande annexion

Le 26 mai 1859, la Chambre des Députés décide que les communes ou les parties de commune qui se trouvent comprises entre le mur des Fermiers Généraux et l’enceinte de Thiers, seront annexées à Paris. Continue Reading →

MARQUE®montmartre-01

De la création à l’annexion

Au XVème siècle, le village de Montmartre se compose d’environ quarante maisons regroupées sur les versants nord et nord-est de la Butte et habitées par des vignerons, des laboureurs et des meuniers. Continue Reading →

vincen_v_gogh®montmartre-01

L’élan industriel

Les chemins de fer du Nord et de l’Est, dont les gares sont bâties dans le Dixième arrondissement modifient la physionomie du Dix-huitième arrondissement. Continue Reading →

135_C

La restauration

À peine un mois après Waterloo, Louis XVIII rétabli sur le trône, ordonne de restaurer les noms prérévolutionnaires de quarante-neuf rues, quais, places et ponts parisiens, sans que Montmartre soit concerné (la mairie s’installe place des Abbesses de mai à septembre1892, mais la place sera dénommée ainsi qu’en 1867). Continue Reading →

135_C

L’Empire

Tout ce qui appartient au passé devient suspect et seule importe la vision de l’avenir. L’Empire s’attache à remplacer les noms politiques. L’aspect le plus visible est l’invasion de Paris par les noms d’officiers et de batailles  Continue Reading →

135_C

La Révolution

Le 22juin 1790, l’Assemblée nationale tranche, en réunissant le bas Montmartre à Paris. La commune de Montmartre est réduite au haut de la butte, son premier maire est Félix Desportes de Blinval. La commune est peuplée d’un millier de personnes environ. La première mairie s’installe place du Tertre, au premier étage du presbytère, à côté du domicile de son maire. Continue Reading →

Les deux Montmartre

La communede Montmartre voit le jour à la fin de mars1790. Continue Reading →

enceinte_thiers®montmartre-01

L’Enceinte de Thiers

Cette enceinte donne naissance, à partir de 1860, à nos boulevards extérieurs: les Maréchaux.

Continue Reading →

barriere_montmartre®montmartre-01

Le Mur des Fermiers Généraux

Muraille de pierre, haute de 3 mètres environ et longue de 23 kilomètres, achevée en 1787, c’est une enceinte fiscale percée, d’une soixantaine de portes et de barrières où les employés de l’octroi perçoivent les taxes de certaines marchandises entrant dans Paris. Continue Reading →

Le hameau de la Goutte d’Or

La Goutte d’Or est un lieu-dit qu’on trouve signalé dès 1474 dans un acte de vente conservé aux Archives nationales: ”Jean Gillon cède à Renaud de Maugès, prêtre, deux arpents de vigne au lieu-dit la Goutte d’Or. On y cultive essentiellement la vigne”. Continue Reading →

La seigneurie de Clignancourt

Au nord de la colline de Montmartre, entre Saint- Ouen et les actuelles rues Saint-Rustique et du Chevalier de La Barre, s’étend jusqu’à la Révolution, la seigneurie de Clignancourt. Continue Reading →

cite_bienaime_mounicq®montmartre-01

Une glorification locale

Le nouveau système mis en place développe le rôle représentatif des dénominations: ce sont avant tout des personnalités vivantes auto-consacrées, hors de tout verdict de postérité. Continue Reading →

sequence®montmartre-01

Un système honorifique envahit Paris

Dès le 22 juin 1790, l’Assemblée Constituante se penche sur la question des dénominations des quarante-huit sections de Paris et déclare sa volonté d’honorer les hommes célèbres. Continue Reading →

canons®montmartre-01

La confiscation des biens de l’Abbaye

Le 13 juillet 1788, un terrible orage ravage les récoltes et l’hiver qui suit est extrêmement rigoureux. Pour employer les milliers de sans-travail qui envahissent Paris, Necker fait ouvrir des ateliers de charité qui occupent plus de 8000 ouvriers sur 14 chantiers. Le plus important est situé sur la butte et consiste à combler les trous des carrières.

Le 10 juillet 1789, des troubles éclatent contre les conditions de travail et la mauvaise qualité de la nourriture et la prison de Montmartre est prise d’assaut. Le 15, les canons de Paris sont portés à Montmartre, pour défendre la capitale.

135_C
ruemartyrs

L’essor de l’Abbaye d’en bas

En 1686, toute l’abbaye se transporte vers le bas. Les bâtiments du haut ne servent plus que de communs, seule la chapelle abbatiale est conservée. Continue Reading →

135_C

Le déclin de l’Abbaye

En 1548, Henri II1 place à la tête du couvent de Montmartre, Catherine de Clermont, la première abbesse de haute naissance. Elle trouve une abbaye en situation financière déplorable, les dépenses de la communauté sont trois fois plus fortes que ses ressources.

Continue Reading →

Jeanne d’Arc à La Chapelle Saint-Denis

”Le passage de Jeanne d’Arc à La Chapelle constitue la première station de son chemin de croix dont la dernière devait être le bûcher de Rouen”1. Continue Reading →

lendit_vilain®montmartre-01

La foire du Lendit

En 1229, le village devient une paroisse de la seigneurie de Saint-Denis et prend le nom de La-Chapelle-Saint-Denis qu’il gardera jusqu’à l’annexion de 1860. Le village bénéficie d’une renommée et d’une prospérité grâce à la foire du Lendit1 établie en 629 par Dagobert dans la plaine d’Aubervilliers et de Saint-Denis. Continue Reading →

Le village de La Chapelle Saint-Denis

Au pied de la butte Montmartre, à l’emplacement de l’actuelle rue de la Chapelle (la route de Paris) s’édifie le village de La Chapelle. Il n’y eut d’abord, au VIème siècle qu’une petite église, ce qui vaut à l’endroit d’être nommé La Chapelle Sainte-Geneviève. Continue Reading →

L’Abbaye d’en bas

Au bas de la ”clôture des religieuses” dans la crypte d’une chapelle, reposent les restes supposés de saint Denis. Ce sanctuaire, le Martyrium, est célèbre pour un événement capital dans l’histoire du catholicisme. Continue Reading →

L’Abbaye d’en haut

Elle est centrée autour de Saint-Pierre et des bâtiments environnants. Le monastère profite de la faveur royale pour prendre de l’extension et à son apogée, à la mort de Louis VII, en 1180, Montmartre jouit d’un grand prestige. Durant son exil, en France, entre 1164 et 1170 Thomas Becket se rendra plusieurs fois à l’abbaye pour y prier. Jeanne d’Arc, dont l’armée est cantonnée à La Chapelle durant le siège de Paris en 1429, viendra aussi s’y recueillir.

abbaye_XVII®montmartre-01

La fondation de l’Abbaye

En 1096, la butte Montmartre est dotée d’un prieuré: le prieuré Saint-Martin. Afin d’accroître ses revenus, l’abbaye encourage le développement d’un pèlerinage. Continue Reading →

Les carrières

Les Romains exploitaient déjà les carrières de gypse, pour couvrir Lutèce de monuments. Après cuisson dans de nombreux fours à plâtre sur la Butte, il est transporté à Paris et stocké dans des plâtrières. L’extraction a lieu d’une façon désordonnée, soit dans des carrières à ciel ouvert (le quartier des Grandes Carrières, le cimetière Montmartre), soit dans des carrières souterraines s’étendant sous les chemins et sous les maisons, et qui portent la responsabilité de la disparition de toutes les sources de la Butte et du Sanctum Martyrium. Continue Reading →

Les vignobles

”C’était d’abord ce reste de vignoble lié au souvenir de saint Denis, qui, au point de vue des philosophes, était peut-être le second Bacchus. Dionysos aurait eu trois corps dont l’un a été enterré à Montmartre, le second à Ratisbonne et le troisième à Corinthe. Continue Reading →

Un des “rois des vins“

Son appellation vient soit d’un lieu-dit où l’on cultivait la vigne, soit de l’enseigne d’un cabaret débitant un vin blanc réputé, récolté en ce lieu. Continue Reading →

empreinte®montmartre-01

La légende de saint Denis

Elle accompagne le règne de Clovis et a contribué à donner à la Butte Montmartre un certain éclat. Le mythe de la mort du premier évangéliste parisien et de ses compagnons décapités pour ne pas avoir renié leur Dieu est déjà fortement établi dans la seconde moitié du Vème siècle.

Continue Reading →

135_C

La réalité sur l’empreinte chrétienne

Il est acquis qu’il y eut à Montmartre, des inhumations de chrétiens, leurs ossements furent recueillis et groupés dans une carrière de plâtre située à mi-hauteur de la Butte: un martyrium.  Continue Reading →

L’initiative médiévale

Le système de dénomination des rues qui se dégage au Moyen Âge laisse l’initiative aux habitants. L’appellation naît de ces rapports directs entre la communauté et les noms qui s’inscrivent dans l’espace (La Turlure). Continue Reading →

abreuvoir_1®montmartre-01

Les sources, désignées sous le nom de fontaines, se sont taries.

Celle du Buc, qui a laissé son nom à une rue, était aussi appelée quelquefois Fontaine de Mercure. Au temps des Gaulois et des Romains, cette fontaine était honorée comme une divinité, celle du génie des eaux. L’étymologie de son nom a deux explications: soit un dérivé du mot ”bucca”, bouche; soit une variante du mot bouc, animal sacrificiel. Continue Reading →

135_C