Le Montmartrisme d’Henri Miller

Plus loin encore, c’est le plus Montmartrois des Américains qu’il faut interroger: Henri Miller. ”Miller renifle la rue, les rues de Montmartre”, relate Anaïs Nin. ”Il court le nez à terre, plus attiré par les ordures que par le reste, un piéton de Paris déchaîné, survolté”.

Continue Reading →

L’obsession Céline

Pour Céline c’est une obsession, pour Miller c’est la fin d’une époque libre et heureuse. ”Encore un jour à vivre avant la débâcle. Un autre jour!… Là-haut sur la haute butte de Montmartre, les grands chevaux de pierre rongent silencieusement leur frein.”*  Continue Reading →

Le miracle Jean Genet

”Sur le terre-plein désert, ces bandes de jeunes ouvriers dont toute l’adolescence en désordre est dans les lacets mal noués qui sautillent sur leurs cous-de-pied, revenant du plaisir (ils) rentrent à leurs logis en marches forcées. Leurs vestons très cintrés, posés comme une sorte de cuirasse ou carapace fragile, protègent la naïveté de leurs corps; par la grâce de leur virilité encore aussi légère qu’un espoir, ils sont inviolables par Divine”Continue Reading →

La crise et la libération des femmes

Le chômage, la misère apparaissent avec la crise en France, en retard de deux ou trois ans sur celle des États-Unis* À l’occasion des grands scandales financiers des dernières années de prospérité, il est presque toujours question de Montmartre. Continue Reading →

La troisième fête

”Dès avant la guerre, on pouvait discerner un grave détraquement des mœurs, assister à une sorte de glissade en musique vers la coucherie pour le plaisir de ”couchotter”… Frères et sœurs qui dansent ensemble – la légèreté des robes permet tous les contacts – donnent l’impression de pratiquer l’inceste coram populo…”Cultivées dans les bouges des ports, ces danses étaient, pour matelots en bordée, une préparation violente à l’acte physiologique inutile. Il faut déplorer ces danses de rut à une époque où l’abcès vénérien est, en France, le plus grand mal physique.”* Continue Reading →

La fête est finie

La fête est finie. La fuite de ses principaux acteurs déclenche ou accentue la nostalgie du passé, une certaine tristesse dans la description de la fête. Cette société raffinée du plaisir ressemble à celle d’avant la première guerre qui, elle-même ressemblait à celle du Montmartre des débuts. Elle en est une survivance et vient retrouver de vieux souvenirs. Continue Reading →

naturalisme®montmartre-01

À la fin du dix-neuvième siècle

Montmartre joue le rôle anciennement dévolu au Palais Royal et les boulevards* ne s’en portent pas plus mal, grâce ou malgré les prostituées innombrables et affairées, aux environs de la porte Saint-Denis. Et les lorettes** qui habitent déjà Montmartre, descendent de la butte en avant-garde, en voltigeuses, pour prêter main-forte. Continue Reading →

Les “jouissances“ flottantes

Les partenaires, que tout oppose, finissent par se rencontrer au hasard de cette ville immense mais providentielle. Le peuple et le beau monde se livrent, à Montmartre à ces jeux de l’amour et du hasard qui sont un vieux plaisir de la rue parisienne. Continue Reading →

La migration du plaisir

Les migrations du plaisir, le long des boulevards extérieurs, soulignent les rapports de curiosité, d’attirance, d’indifférence, de dégoût et parfois de haine qui s’établissent, aux différentes époques et aux différents emplacements, entre les partenaires du plaisir. Continue Reading →

Le rôle des poètes

Les rencontres se produisent en un lieu privilégié qui change avec les époques, mais qui présente toujours les mêmes caractères et presque la même durée.

Continue Reading →

Le plaisir Parisien et Montmartrois

Nous ne sommes plus dans ces rues du Paris médiéval, qu’en leur temps, Sue, Hugo et Balzac reconnaissent autour d’eux. C’est pourtant le Paris du Moyen Âge et le même que nous retrouvons bien vivant, malgré Haussmann. Continue Reading →

attirance®montmartre-01

Le plaisir Montmartrois

”Je serai sérieux comme le plaisir” pourrait être la devise de Montmartre. La conscience de ”seulement jouer” est reléguée à l’arrière-plan, la joie liée au jeu ne se mue pas seulement en tension mais aussi en transport. Ici, extravagance et extase constituent les deux pôles de l’ambiance plaisir. Continue Reading →

moulin_nuit®montmartre-01

Le Boulevard, son ombre et ses lumières

Au Sud de l’arrondissement – Une limite, au-delà de laquelle, il n’y a plus grand rapport avec le quartier du Sacré-Cœur: les boulevards de Clichy, de Rochechouart, le quartier du Plaisir, la ”Traînée lumineuse” de Miller, réchauffée par les néons du Moulin Rouge, jusqu’au Delta. Passée cette limite, le sentiment est autre. Continue Reading →