Le réalisme poétique

Point de départ d’une nouvelle étape de ce récit. En ce début du XXème siècle apparaît ”le romancier montmartrois”: Roland Dorgelès. Il s’installe à Montmartre et mène une joyeuse vie avec ses amis Carco et Mac Orlan. Ensemble, ils donnent une autre image de Montmartre. Continue Reading →

La seconde fête

Avec la déclaration de guerre, en quelques heures, la fête est finie, une autre commence.* Continue Reading →

La première fête

Grâce à l’installation de l’Hippodrome, désormais, du square d’Anvers à la place de Clichy, le décor de la fête n’est qu’un parcours de lumière et de bruit: des théâtres pour tous les goûts, pour rire, pleurer ou frémir de peur, des programmes qui changent régulièrement, des cafés-concerts et des music-halls, des bals, des cabarets littéraires, le cirque Médrano, et à partir de 1907, des cinémas. Continue Reading →

anarchie®montmartre-01

La seconde couleur de Montmartre

C’est de Montmartre et surtout du versant Est de la Butte qu’il est question, lors des attentats qui marquent le temps de la Terreur noire.*  Continue Reading →

Toulouse-Lautrec

Dès le début, Lautrec, comme tout le monde, fréquente le Chat Noir, découvre la rivalité de Grille d’Egout et de la Goulue*. Continue Reading →

Le théâtre des plaisirs

Les boulevards continuent d’être le principal théâtre des plaisirs parisiens dans les débuts de la Troisième République, comme ils l’étaient précédemment.

Continue Reading →

L’étrange beauté de la difformité

Les chroniques du boulevard jointes aux descriptions des romanciers permettent d’apprécier l’évolution du plaisir dans les lendemains immédiats de l’Empire: à l’odeur terrible des classes populaires succèdent les parfums trop forts des grandes cocottes bruyantes et scandaleuses: les ”Nana” de la Goutte d’Or se métamorphosent en dames pseudo-authentiques qui cachent, derrière leurs éventails, leurs rougeurs de blanchisseuses. Continue Reading →

moulin_nuit®montmartre-01

Le Boulevard, son ombre et ses lumières

Au Sud de l’arrondissement – Une limite, au-delà de laquelle, il n’y a plus grand rapport avec le quartier du Sacré-Cœur: les boulevards de Clichy, de Rochechouart, le quartier du Plaisir, la ”Traînée lumineuse” de Miller, réchauffée par les néons du Moulin Rouge, jusqu’au Delta. Passée cette limite, le sentiment est autre. Continue Reading →