Le Montmartrisme d’Henri Miller

Plus loin encore, c’est le plus Montmartrois des Américains qu’il faut interroger: Henri Miller. ”Miller renifle la rue, les rues de Montmartre”, relate Anaïs Nin. ”Il court le nez à terre, plus attiré par les ordures que par le reste, un piéton de Paris déchaîné, survolté”.

Continue Reading →

L’obsession Céline

Pour Céline c’est une obsession, pour Miller c’est la fin d’une époque libre et heureuse. ”Encore un jour à vivre avant la débâcle. Un autre jour!… Là-haut sur la haute butte de Montmartre, les grands chevaux de pierre rongent silencieusement leur frein.”*  Continue Reading →

La fête est finie

La fête est finie. La fuite de ses principaux acteurs déclenche ou accentue la nostalgie du passé, une certaine tristesse dans la description de la fête. Cette société raffinée du plaisir ressemble à celle d’avant la première guerre qui, elle-même ressemblait à celle du Montmartre des débuts. Elle en est une survivance et vient retrouver de vieux souvenirs. Continue Reading →