sang®montmartre-01

La couleur de Montmartre

”Il y a les martyrs, jeunes, beaux et souvent blonds, avec autour d’eux le rayonnement de la nature, les fleurs, l’encens, comme dans une image sainte, comme dans une assomption.”* Continue Reading →

La Commune, gouvernement de Paris

Étrange victoire remportée sans violence (exception faite de l’exécution des deux généraux), sans combat par une foule anonyme. Nulle organisation ne l’a préparée, ni le Comité central de la garde nationale, ni le Comité des vingt arrondissements, ni les comités de vigilance des quartiers, ni l’Internationale. Des hommes issus de ces différents mouvements, poussés par la foule anonyme1, ont pris des initiatives individuelles et non coordonnées.

Le 19 au soir, des hommes inconnus la veille, mais mandatés par le Comité central de la garde nationale, siègent à l’Hôtel de Ville. Deux proclamations sont faites, puis le Comité central appelle le peuple de Paris à de nouvelles élections.

L’insurrection de Montmartre

Après la signature de l’armistice (28, 29janvier1871) et le transfert de l’assemblée à Versailles (10mars), le gouvernement décide de la récupération des canons regroupés à Montmartre et d’occuper militairement Paris (18mars): c’est l’insurrection au cours de laquelle les généraux Lecomte et Thomas sont fusillés. Continue Reading →

Naissance de la Commune

Dans ce Montmartre d’avant la guerre de 1870* c’est le plaisir qui est le dérivatif à tous les ennuis, y compris aux plus graves. Si la menace de guerre apparaît, pas la moindre allusion dans les souvenirs du Montmartre de ces années, dans la description des rues de la Butte. Continue Reading →

Une période d’affirmation sociale

Désormais, le monde ouvrier inspirera des poèmes, des études sociales ou économiques et des thèmes d’action à l’aube du syndicalisme. Des écrivains oseront écrire sur la misère du peuple. Continue Reading →

esperance®montmartre-01

L’expression libertaire Montmartroise

Montmartre est le point de tension entre une utopie mobilisatrice et une espérance millénariste. Comprendre cela aide à la clarification des problèmes identitaires du lieu et à comprendre la nouvelle civilité qui est apparue dans cette fin de siècle. Les traditions millénaristes voyaient dans l’An mille, le dernier âge, celui qui précède le Jugement. Marx (qui entretiendra une correspondance suivie avec les insurgés de la Commune), voit dans son époque, le prélude à la révolution finale dont il a fixé les étapes, le déroulement et les objectifs. Continue Reading →