La crise et la libération des femmes

Le chômage, la misère apparaissent avec la crise en France, en retard de deux ou trois ans sur celle des États-Unis* À l’occasion des grands scandales financiers des dernières années de prospérité, il est presque toujours question de Montmartre. Continue Reading →

La troisième fête

”Dès avant la guerre, on pouvait discerner un grave détraquement des mœurs, assister à une sorte de glissade en musique vers la coucherie pour le plaisir de ”couchotter”… Frères et sœurs qui dansent ensemble – la légèreté des robes permet tous les contacts – donnent l’impression de pratiquer l’inceste coram populo…”Cultivées dans les bouges des ports, ces danses étaient, pour matelots en bordée, une préparation violente à l’acte physiologique inutile. Il faut déplorer ces danses de rut à une époque où l’abcès vénérien est, en France, le plus grand mal physique.”* Continue Reading →

Une criminalité de plaisir

Pourtant, certaines histoires sordides semblent d’un autre temps, avec des misérables peu différents de ceux de Victor Hugoou d’horribles mégères proches de celles d’Eugène Sue. Mais la criminalité de Montmartre était avant tout une criminalité de plaisir à laquelle la misère des temps ne change rien: exploitation du plaisir des autres et assouvissement de son propre plaisir. Continue Reading →

Le bal, premier lieu social

Le bal est le décor où le milieu gère son activité la plus rentable: la prostitution. Et c’est essentiellement dans les bals que les agents du préfet Chiappe et ses successeurs opéreront leurs rondes. Deux établissements, à l’autre bout de Montmartre, acquièrent vite une plus grande notoriété que les autres: le bal de la Boule-Noire et le bal du Petit Jardin, théâtres de nombreuses violences, d’arrestations retentissantes. Continue Reading →

naturalisme®montmartre-01

À la fin du dix-neuvième siècle

Montmartre joue le rôle anciennement dévolu au Palais Royal et les boulevards* ne s’en portent pas plus mal, grâce ou malgré les prostituées innombrables et affairées, aux environs de la porte Saint-Denis. Et les lorettes** qui habitent déjà Montmartre, descendent de la butte en avant-garde, en voltigeuses, pour prêter main-forte. Continue Reading →

Les “jouissances“ flottantes

Les partenaires, que tout oppose, finissent par se rencontrer au hasard de cette ville immense mais providentielle. Le peuple et le beau monde se livrent, à Montmartre à ces jeux de l’amour et du hasard qui sont un vieux plaisir de la rue parisienne. Continue Reading →

La migration du plaisir

Les migrations du plaisir, le long des boulevards extérieurs, soulignent les rapports de curiosité, d’attirance, d’indifférence, de dégoût et parfois de haine qui s’établissent, aux différentes époques et aux différents emplacements, entre les partenaires du plaisir. Continue Reading →