La réalité du lieu

À la fois religieux et libertaire, touristique (l’espace d’ailleurs) et résidentiel (l’espace d’ici) Montmartre reste, en dépit des agressions (tourisme, bimbeloterie, ”croûteux” de la place du Tertre, etc.) l’un des derniers villages de Paris, avec Ménilmontant, Belleville et la Butte aux Cailles. L’aspect de Montmartre, sa vieille église (Saint Pierre), la place du Tertre, cœur de la nouvelle commune du Haut Montmartre, bordée d’acacias et de maisons identiques, a peu changé jusqu’au milieu du XIXème siècle. C’était alors un village de campagne, avec ses bois, ses champs, ses vignes, ses maquis, ses fermes, ses masures et ses carrières où l’on exploitait le gypse et le plâtre. Trois événements majeurs ont modifié le paysage.